Gilets jaunes, gronde populaire, révolte, transition ? Jusqu’où irons-nous ?

Le train accélère, mais le bout du tunnel est proche. Et chacun le sent. Il y a bien une limite que notre fuite en avant ne pourra pas franchir, un moment ou la vapeur va se renverser (je pourrai continuer les métaphores…).

En France, les révoltes populaires vont bon-train. Certains diront que cela avait commencé à Nuit debout. D’autres en 68. Ils citeront encore la Commune. Mais le cycle de nos révoltes populaires recommence, encore et encore.

Pourtant, je vois un changement inédit se profiler à l’horizon, qui pourrait bien rééquilibrer la balance un grand coup…

Représente toi toi-même : la délégation des « portes paroles »

C’est le principe de l’affiche de #MaVoix : personne ne peut « représenter » individuellement un groupe, il n’y a que des portes-paroles, éventuellement. Seul un groupe peut représenter un autre groupe plus grand (comme la population d’un pays), en suivant des règles mathématiques simples, couramment utilisées en recherche scientifique.

Mais pour ajouter au fun, c’est carrément Libération qui le dit dans un titre de paragraphe, le fameux h2 : « Des «porte-parole» et non des représentants »

Ils citent la petite délégation qui s’est constituée hier, et qui va rencontrer le gouvernement incessamment : ayant personnellement discuté avec les responsables de sa formation, je peux vous dire qu’ils assument leur propos.

Ce groupe ne se veut pas représentatif ni du mouvement, ni des 58 personnes qui les ont choisies, ni des membres des forums où ils se sont rencontrés, ni de la population. Ce groupe est un comité d’individus, chargés de relayer le plus précisément possible les doléances accumulées et les nombreux manifestes citoyens.

En effet, à peine le groupe constitué, il joint l’acte à la parole : l’un de ses membres ne respecte pas les conditions fixées communautairement, à savoir l’affiliation à un mouvement politique déjà existant.

Le pouvoir prend peur

Tout ceci montre un début de structuration collectif qui effraie le gouvernement, et le pouvoir en place. Libération le cite en toute fin :

« Interrogé à l’issue du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a répondu «être ouvert au dialogue», jusqu’à un certain point : «Si les propositions reviennent à demander la dissolution de l’Assemblée nationale, la démission du président de la République […], j’ai peur que nous ne puissions y répondre favorablement.» »

Mais il a une sacrée bonne idée, ce breton qui porte plainte contre le Président de la République. Comment exploiter le système brutalement, à ses racines, et sans une once de violence. Imaginez que si rien ne l’interdit, vous pouvez tous le faire au commissariat du coin en très peu de temps…

434eb73f5ae4e109574d0434696b8efb-saint-malo-un-gilet-jaune-porte-plainte-contre-le-gouvernement

Un signe fort et collectif

Mettez en relation les évènements d’aujourd’hui : une plainte contre le président, une délégation, avec des discussions qui sont reprises par des médias main-stream, évoquant la racine de nos problèmes : notre capacité à faire des choix collectifs.

Les droits fondamentaux reviennent enfin : des demandes comme le référendum, l’assemblée citoyenne, l’écriture directe des lois par les citoyens… la liste des demandes est longue, et contient des propositions qui pourraient véritablement renverser les jeux de pouvoir.

Si ces demandes, évoqués par le comité porte-parole et relayées, à ma grande surprise, dans plusieurs médias, donnent suite dans les semaines qui viennent, nous pourrions être à l’aube d’une des révolutions les plus émancipatrices que notre histoire ait connu.

Et pour cela, je vous renvoie à la « petite » série de Le, de la chaîne Science4All, qui vous parle de démocratie et de théorie des jeux (autrement dit, de maths, mais n’ayez pas peur^^). La première vidéo est assez édifiante pour comprendre comment les règles du jeu fabriquent les mauvais joueurs, et non l’inverse.

Le fait que les portes-parole aient conscience de cette connaissance leur apporte un pouvoir considérable qui joue en la faveur du plus grand nombre. Imaginez un peu : il est question de passer d’une organisation ou peu dirigent, à une structure capable de prendre des décisions collectives en grand nombre.

S’ils réussissent, vous serez du jour au lendemain impliqué, par votre action ou votre inaction, dans la vie de votre cité !

Nous sommes légitimes pour faire notre propre loi

Il suffit qu’un nombre suffisant de « citoyens » le pensent, pour pouvoir se doter enfin de l’outil collectif qui nous manque : un gouvernement digne de ce nom.

La légitimité de celui qui tient actuellement tient à moins de 20% de la population (une estimation simple à partir du système de choix basé sur le vote à deux tours) : si 1 personne sur 5 pose une revendication auprès de la même institution, elle devient plus légitime que ce gouvernement ! Et je suis large dans mon calcul…

La décision d’agir, ou de ne pas agir, d’une manière ou d’une autre, pèsera lourd dans les années à venir. Et il n’y a pas que moi qui l »affirme, mais des dizaines de milliers de scientifiques et de militants, partout dans le monde, et de plus en plus fréquemment

Il n’est pas d’opportunité plus grande que celle proposée aujourd’hui, et il faut persévérer, car ce n’est pas encore fini. La route est longue pour réparer les dégâts occasionnés par notre ignorance. Je citerai une amie éthologue pour amener ce qui est notre priorité :

charlotte duranton - bien-être besoins fondamentaux.png
Charlotte Duranton, congrès « Le chien, mon ami », SEEVAD 2018

Ceci est d’une importance capitale : émotions positives, coopération et liberté de choix sont les besoins fondamentaux que nous devons sauver, au nom de tout le vivant.

Doc Dobi

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s